Notre politique RSE

Responsabilité Sociale et Environnementale de LABÉO

Nous accordons une attention particulière au bien-être de nos salariés, à la satisfaction de notre clientèle et au  respect de l’environnement.

 

RESPONSABILITÉ SOCIALE

  • Handicap
    LABÉO a recours aux centres d’aides pour les travailleurs handicapés pour l’entretien de ses espaces verts, la fourniture de ses produits d’entretien, ses fournitures d’usage unique et de ses fournitures de bureau, l’aménagement de ses camions laboratoires.
    En interne, LABÉO veille également à l’intégration de collaborateurs handicapés dans ses équipes techniques et ses services supports (maintenance, stock, livreur etc.).

 

  • Mixité hommes – femmes
    La publication du dernier bilan social LABÉO en juin 2016, a montré que les femmes représentaient 75% des effectifs. Les femmes sont également bien représentées à l’échelle des cadres puisqu’elles sont au nombre de 26 sur 41.

 

  • Formation et montée en compétences
    En 2015, LABÉO a alloué un budget formation de 110 000€. 101 formations ont été suivies et près de 50% des techniciens de laboratoire ont pu bénéficier au moins d’une formation.

 

  • Insertion sociale et professionnelle
    LABÉO accueille régulièrement des stagiaires de tout niveau au sein de ses services techniques afin de favoriser l’insertion sociales et professionnelle des personnes (stagiaires des collèges, stagiaires du pôle emploi et COTOREP, stagiaires des lycées, des IUT et des Universités).

 

RESPONSABILITÉ ENVIRONNEMENTALE

 

  • L’Économie d’énergie
    Dès la conception des locaux LABÉO (tous sites confondus), des démarches ont été engagées pour veiller à l’économie d’énergie : isolation renforcée, double vitrage, chaudières à gaz à haut rendement etc. Chaque année, des lampes basse énergie sont installées et des détecteurs de présence réduisent l’énergie consacrée à l’éclairage des locaux. Un programme de remplacement des ampoules ou néons pour des LED est en cours. Depuis 2 ans, tous les ordinateurs non utilisés la nuit (PC bureautiques par exemple) sont éteints le soir pour limiter les consommations d’énergie. L’un des sites a été équipé d’une GTB (Gestion Technique du Bâtiment pour améliorer la régulation des matériels et ainsi diminuer les consommations électriques.

 

  • La réduction de l’impact environnemental
    De par son éthique, LABÉO veille à la protection de l’environnement et porte une attention particulière à la réduction permanente de son impact environnemental. Depuis de nombreuses années, LABÉO travaille à la réduction de la pollution atmosphérique générée par les déplacements des préleveurs. Le GIP valorise ses véhicules utilisés pour les prélèvements dont le cahier des charges s’attache à un minimum d’émissions de CO2 et toutes option en faveur des économies de carburant/consommation. LABÉO s’attache également à consulter les sites de l’ADEME avant chaque acquisition de nouveau véhicule pour sélectionner le meilleur choix. De plus, la culture du personnel LABÉO est inscrite dans la démarche de développement durable. Une sensibilisation interne pour une conduite raisonnée a été réalisée auprès des équipes de prélèvement. Les préleveurs ont suivi une formation d’éco-conduite. Enfin, l’utilisation des véhicules est soumise aux stricts besoins de la tournée des préleveurs. Des circuits de tournés sont systématiquement réalisés en évitant des allers retours sur le même itinéraire. En 2015, la réduction des consommations de carburant a ainsi diminué de 22%. LABÉO s’est doté à l’automne d’un logiciel d’optimisation des tournées pour optimiser les déplacements par rapport au programme à réaliser. Une impression raisonnée de documents a permis de diminuer de 60% le parc des imprimantes et d 45% le poids de papier utilisé par an.

 

  • La réduction, le recyclage et la valorisation des déchets
    LABÉO apporte également une grande attention au traitement et au recyclage de ses déchets afin d’éviter toute pollution du milieu naturel. Cette démarche concerne les consommables tels que le papier, le carton et les plastiques, mais aussi certains biens d’équipement et bien entendu l’ensemble des déchets et rejets issus des analyses des laboratoires. LABÉO veille à la séparation des déchets chimiques (solvants, acides, base, déchets d’emballages, verrerie souillée, échantillons de laboratoire, DASRI, autres DIS) ; a mis en place un tri sélectif au sein de ses bâtiments administratifs et réemploi son matériel électronique ou évacue ce dernier vers des filières DEEE (association de valorisation).

 

  • Réduction de la consommation et sensibilisation en interne
    Chaque fois que possible, les automates limitant les volumes de réactifs sont favorisés. Des systèmes de refroidisseurs en cycle fermé ont été acquis dans les services de chimie. Des réunions de sensibilisation sur l’économie d’énergie et de l’eau sont menées auprès du personnel LABÉO. Un chantier a également été mené en 2011, sur la réduction de la consommation de produits et matériels à la source, par la centralisation des impressions, des photocopieurs multifonctions, de la gestion de l’information par voie électronique plutôt que papier etc.