Zoom sur nos étudiants en thèse

Portrait de doctorant LABÉO :
Clovis WOUTERS, étudie la myopathie atypique équine

🔍 🐎 👨‍🎓

 

Clovis a 28 ans, il est doctorant à LABÉO. Son sujet de doctorat porte sur la myopathie atypique, une maladie équine provoquée par l’ingestion de toxines présentes dans les pâturages. Ces travaux sont dirigés par le Dr. Éric Richard de LABÉO et le Dr. Dominique Votion de l’Université de Liège. Ce projet est co-financé par Pommier-Nutrition.

 

Un doctorat c’est quoi ? Qu’apportent tes travaux ?

Être doctorant à LABÉO, c’est évoluer dans un environnement propice à la recherche grâce d’une part, aux nombreuses technologies de pointe disponibles et d’autre part, à la pluridisciplinarité des équipes qui permettent une émulsion scientifique. Nous sommes au total six doctorants travaillant sur des thématiques diverses portant sur des pathologies équines et conchylicoles. L’objectif des différentes recherches appliquées est un retour rapide des résultats obtenus à la filière. Par exemple, une partie de mon projet porte sur la réalisation d’un complément alimentaire qui permettrait de prévenir la myopathie atypique. Grâce à nos recherches, nous sommes fières de nous sentir utiles dans la société en contribuant à l’amélioration de la santé des animaux.

 

Que sont devenus les autres doctorants avec lesquels tu as travaillé à LABÉO ?

Au cours des deux dernières années, LABÉO a formé plusieurs docteurs actifs en Normandie et à l’Étranger. En effet, Stéphanie Fougerolle est ingénieure en recherche et développement chez IMV technologies à l’Aigle ;  Marie Orard est chargée de projet au pôle Hippolia à Caen et Côme Thieulent va partir en post-doctorat à Baton-Rouge aux États-Unis.

 

🔍  Découvrez les travaux de recherche de Clovis Wouters :


[Concours : Ma thèse en 180 secondes]
Il y a tout juste un an Clovis Wouters présentait son sujet de thèse la « Prévention et pronostic de la myopathie atypique des équidés » au concours “Ma thèse en 180 secondes”. Ce concours permet aux doctorants de présenter leur sujet de recherche en termes simplifiés, à un auditoire profane et diversifié. Chaque étudiant ou étudiante doit faire, en trois minutes, un exposé clair, concis et néanmoins convaincant sur son projet de recherche. Le tout avec l’appui d’une seule diapositive !